Rimé 4.0 : Un nouvel album « Un brin trop brut » et si sensible

Rimé publie son troisième EP six-titres, le dernier en formation rock’n’rap 4.0. Le rappeur de Bourg-en-Bresse alterne textes au vitriol et beaux moments d’intimité dans un album ouvert à toutes les émotions. L’occasion aussi de présenter son prochain projet « Elle : slam musical et funambule ».

« L’inquiétant, c’est l’échafaud. Ce truc qui te tombe sur la gueule sans qu’t’aies eu le temps d’en discuter ». Extrait de Tant de paroles, prélude en slam du nouvel et troisième EP de Rimé 4.0, Un brin trop brut. En 1’15, le rappeur de Bourg-en-Bresse exprime « sa peur de l’homme qui ne l’a jamais rassuré », à moins qu’il ne lui tire une balle dans le dos. « Mettre un genou à terre, c’est toujours mieux que la face au sol ». Ambiance.

« Rentrez chez vous Madame, c’est pas si grave »

Ça cogne fort tout au long des six titres, au figuré comme au sens méchamment propre, lorsque Rimé dépeint les violences conjugales dans un texte au vitriol. Le cercle vicieux de l’amour/haine, l’escalade des coups, « les quelques personnes autour d’elle qui ont fait le choix de ne pas savoir ». Jusqu’à « ce bras armé de la justice qui prend des notes sans la regarder » en la renvoyant au casse-pipe : « Prenez soin de lui, rentrez chez vous et calmez-vous. C’est pas si grave ». Jusqu’à l’issue fatale.

Des démons sous ses toits

C’est pas si grave, ses femmes qui défilent et ses phrases qui s’incrustent, c’est le cœur du réacteur. Le morceau amorce la mutation de Rémi Cortinovis, sale gosse rêveur, écorché réfugié dans l’alcool et soigné par les mots, devenu altruiste ouvert à toutes les émotions.

Rimé ne fait pas que cogner. Dans de beaux moments d’intimité, il dépeint la solitude (Ne me laisse pas seul ce soir) ou le temps suspendu (Quand les lumières s’éteignent et que le rideau se baisse). Lui, le rappeur un brin trop brut, brise sa carapace de matamore pour offrir un hommage sensible à son Poto Valou, Valentin Evieux disparu voici tout juste un an.

Rimé micro et porte-voix
/Photo Nicolas GALLIOT

L’album se clôt comme il avait commencé, sur un slam a capella en forme de premier bilan. La recherche de la reconnaissance n’a pas changé Rimé. « Je suis obligé de faire le constat que mes démons dorment sous mes toits ». Mais, promet-il « On fera en sorte de faire des choix pour trouver réponse au problème, en avançant sur ce chemin parsemé des blessures que l’on sème ».

Rimé 4.0, c’est fini

Un brin trop brut est le troisième EP de Rimé 4.0. Créé en 2017, le groupe de Bresse et environs réunit Rimé au stylo, au micro, au porte-voix et à la trompette ; le batteur Franck Brunet et le bassiste Christian Tornaire, tous deux aux compos. Le trio joue un genre de rock’n’rap sombre et félin. Le rappeur avait trouvé la rythmique qui colle à ses textes rentre-dedans, et des musiciens taillés pour le live.

Rimé Trompette
/Photo Marc DAZY

« Avait trouvé » parce que Rimé 4.0, c’est fini. Par manque de disponibilité familiale et/ou professionnelle, Christian et Franck cessent l’aventure. « On était tellement proches côté humain… La décision n’a pas été facile à prendre ». Sur scène, Rimé repart avec Quentin en mode DJ, platines, boucles et ordi. A voir le 3 octobre à la Tannerie.

Son et vidéos

Les six titres de Un brin trop brut sont désormais disponibles sur le Band Camp de Rimé https://rime.bandcamp.com/album/un-brin-trop-brut. Le site propose également les deux premiers albums de Rimé 4.0 J’ai maté la planète et Rêves de gosse.

Di Angelo Prod de Villefranche a produit et réalisé cinq clips au Zoom de Bourg où l’album devait être filmé live avant le confinement, avec la danseuse Jessica Chardon. Sur YouTube :

https://www.youtube.com/watch?v=KLLz1Rw6y2o

https://www.youtube.com/watch?v=JWDN2wQKK5s

https://www.youtube.com/watch?v=S2Y5UWOyrYE

https://www.youtube.com/watch?v=HWWVPpuVFUU&ab_channel=Rim%C3%A9

https://www.youtube.com/watch?v=mxARCGMCjzg

Le sixième et dernier titre, Quand les lumières s’éteignent et que le rideau se baisse, devrait être mis en ligne courant septembre.

Carnets de bordure

Rimé masqué
/Photo DR

Carnets de Bordure réunit une quarantaine de petits clips tournés par Rimé durant le confinement à raison d’un par jour. Le rappeur devait relever un défi : placer dix ou vingt mots adressés par des internautes souvent perfides. Citons gargantuesque, pâté croûte, Bakounine, régime de Vichy, voiture sans permis, sardine à l’huile, poney aquatique, schizophrénique, et l’inévitable anticonstitutionnellement, le plus long de la langue française. Les instrus sont signées Alain Peyrard, Nico Galliot, Hervé Gudin et divers beatmakers du rap.

https://www.youtube.com/watch?v=83s6csgUyfc

Elle : slam musical et funambule

Rimé Elle

Cette création met en scène, en mots et en musique une femme du temps présent nommée Elle. Ici, la danseuse funambule Fanny Vrinat, accompagnée dans ses « chorégrafils » par  Rimé au slam et le pianiste/compositeur/arrangeur Laurent Darmont au clavier et aux boucles. « Elle traverse les problématiques de la société actuelle, explique le slameur. La solitude, la fête, la famille, les réseaux sociaux, le voyage… On raconte son histoire ». Lucie Paquet signe la mise en scène, Alain Peyrard et Duncan Dumoulin le son et la lumière.

Elle débute une série de résidences : ce lundi au Tonkin de Villeurbanne, à la MCC de Bourg-en-Bresse et au Centre culturel Aragon d’Oyonnax en octobre. A voir les 4, 5, 6 décembre à la MCC de Bourg. Le 23 février au Centre culturel d’Oyonnax.

https://www.facebook.com/elle.slammusicaletfunambule/

Dark Mazy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page