Reconfinement des salles : «décontenancés, démoralisés, et combattifs!»

Le reconfinement a mis KO le spectacle vivant. La fermeture est vécue comme une punition injuste au vu des efforts prodigués pour se mettre dans les clous. A l’image des Arts Dans L’R de Péronnas, les salles s’accrochent pour ne pas couler.   

« Oui, je peux répondre à quelques questions. J’ai le temps maintenant !» Le patron des Arts Dans l’R de Péronnas traîne sa grande carcasse reconfinée entre lassitude et bravitude. « En ce moment, nous sommes totalement décontenancés, démoralisés mais combattifs ».

Reconfinement. Lötitia et Raph des Arts dans l'R
Löetitia et Raph, les gérants des Arts Dans l’R en noir. Ici masqués, tout comme les comédiennes Les Jumelles/Photo JJ PAUGET

Un état d’esprit partagé par les gens du spectacle vivant, KO debout après l’allocution présidentielle. Voici ces commerces forcément « non essentiels », contraints de rejouer « à guichets fermés » (dixit Crock’n’roll). Toujours suspects de convivialité, voire de « bamboche », donc de contamination.

Punition injuste

Avec son petit côté moralisateur – sous-entendu, vous l’avez bien cherché, bande de fêtards – la sentence est d’autant plus mal comprise, qu’elle est vécue comme une punition injuste au vu des efforts prodigués pour se mettre dans les clous. « Les Arts Dans L’R, c’est 130 places assises en configuration théâtre et 200 debout en mode concerts, reprend Raph. Au déconfinement, on a rouvert à 30% de notre jauge, avec un protocole sanitaire draconien. Le public ne se déplace pas. Il est assis, masqué, distancié… C’est dans des salles comme la nôtre qu’on a le moins de risques d’attraper le Covid ».

Quelles barrières, quels critères ?

Moins contaminante sans doute qu’une classe d’une quarantaine d’élèves maturant dans leur jus, un réfectoire bondé, un bus à touche-touche ou un hypermarché en fièvre acheteuse. Sans rire, elles sont où les barrières et c’est quoi les critères ? « C’est vrai. On n’arrive pas à tout comprendre. J’ai du mal à l’expliquer » laisse tomber Raph.

Crock'n'roll. Reconfinement des salles de spectacles

Selon Gilles Garrigos, le directeur de la Tannerie de Bourg, le reconfinement pêche par « un déficit d’explications. Qu’on nous donne des éléments concrets pour affirmer que les salles de spectacles favorisent la contamination. Existe-t-il des mesures, des analyses dans ce sens ?  Ce manque de cohérence fait que les gens n’adhèrent pas et font n’importe quoi ».

Victor Bosch, le boss du Radiant de Caluire, déplore pour sa part les atermoiements d’un reconfinement à géométrie variable. « Il faut y aller franchement, pas par petits bouts. Qu’on nous le dise une fois pour toutes, pour qu’on puisse travailler ».

On boucle tout et on recommence

Cave à musique vide
Le grand vide à la Cave à musique/Photo DR

En attendant, les salles doivent se réadapter pour la énième fois depuis le printemps. « On boucle tout en novembre, avec très peu d’espoir pour décembre » résume Didier Goiffon, le directeur de la Cave à Musique de Mâcon. « Tout », c’est-à-dire la diffusion – sauf peut-être quelques séances jeune public dans les écoles – et les locaux de répétition. Seules les résidences de professionnels sont maintenues. Côté concerts, « on se remet à bosser pour savoir si on annule ou si on reporte ». D’ici quelques jours, chaque site publiera sa liste de dates chamboulées. Longue comme une nuit sans fin.

Tenir jusqu’à l’intenable

Pour Les Arts Dans L’R, la situation est d’autant plus critique que le lieu 100% privé fonctionne avec zéro subvention. Raph : « Avant le confinement, on avait réussi à mettre un peu d’argent de côté. Aujourd’hui, on a bouffé toute la trésorerie. On a perdu à peu près 400 000 euros de chiffre d’affaire entre mars et novembre. Alors comment on fait ?»

L'affiche barrée
L’affiche bien barrée des Arts Dans l’R. Annulations en novembre, reprise en décembre? Le café-théâtre de Péronnas veut encore y croire/Capture d’écran

« On s’accroche ». Chômage partiel pour les six salariés, 1500 € mensuels du fonds solidarité pour les deux gérants, une aide exceptionnelle de 3000 € de la communauté d’agglomération du bassin de Bourg-en-Bresse et de la Région, un dispositif de compensation de billetterie à venir… « Ça nous permet de tenir, de garder le moral et de rester combattifs. On espère que le reconfinement ne nous fera pas perdre décembre, notre plus gros mois. Après, il faudrait qu’on ouvre sans restriction dès le début de l’année prochaine. Sinon, ça va devenir intenable ».

Les Arts Dans L’R

Löetitia et Raph (L’R) sont arrivés du Jura à Péronnas avec pour projet de monter une salle théâtre et musique dans un ancien magasin d’équipements de bains. Lui, bassiste/guitariste/violoniste de rock à poil dur. Elle, galériste de peinture. « On a mis dedans notre argent perso. On a tout fait avec nos petits doigts ». Les Arts Dans L’R ouvrent le 9 avril 2015. En cinq ans, ce lieu singulier, mi-cabaret mi-caf’conc’, s’est installé dans le paysage culturel de l’Ain, avec son mix à part d’humour, café-théâtre, chanson, blues et métal. Programmation dense, une centaine de dates à l’année dont quelques pointures, et tout ça sans un centime de subventions. https://www.les-arts-dans-lr.com/

Dark Mazy

2 réflexions sur « Reconfinement des salles : «décontenancés, démoralisés, et combattifs!» »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page