Nuits de Fourvière : les dix concerts incontournables de Rockenblog

La billetterie des Nuits de Fourvière ouvre ce mardi 15 mars à midi pile et il n’y en aura pas pour tout le monde. 59 nuits du 2 juin au 30 juillet, 173 représentations de musique, théâtre, danse, cirque ou opéra ! Un peu perdus avant de réserver ? Hop ! Rockenblog dégaine sa liste imparable des dix concerts incontournables.

Comme on ne peut pas tout faire et que ça coûte un bras, il faut é-li-mi-ner. Même si de nombreux spectacles méritent mention (côté cirque, on pense notamment au Groupe acrobatique de Tanger, ou au retour de Benjamin Millepied côté danse), Dark Mazy s’est limité aux musiques actuelles.

Trop de VDQS, pas assez de décibels

Mais même en restant dans son pré carré, ça déborde, surtout après deux ans sans et les reports de reports. Voir la flopée d’artistes vus et revuvus qui sécurisent le fonds de commerce des festivals interchangeables. A cet égard, le rayon « VDQS » (variété de qualité supérieure, -M, Julien Clerc, Calogero, Dutronc & Dutronc, Juliette Armanet, Rodrigo y Gabriela etc…) parait surdimensionné. Et encore. On a échappé à Stromae et à Vianney ! Même si les vilains Deftones et les sémillants Phoenix sont là pour donner le change, cette édition de l’après-covid manque de décibels et de rock’n’roll, surtout depuis le retrait des Queens of the Stone Age.   

Queens of the Stone Age reporté, remplacé par Midnight Oil

Ils auraient figuré dans le Top 10, sûr. Sauf que Queens of the Age est en train d’annuler sa tournée européenne ! En France, elle devait passer par Musilac le 10 juillet, aux Vieilles Charrues le 16, et donc aux Nuits de Fourvière le 14, date supprimée du programme. Protocole sanitaire ? Dissensions internes ? Suites des embrouilles domestico-judiciaires du leader Josh Homme ?  Pour l’instant, les raisons de cette défection restent obscures. Sans s’étendre, Dominique Delorme a toutefois promis que QOTSA serait bien présent au théâtre antique en 2023.

Pour remplacer les stoners californiens cette année, confiance à… Midnight Oil ! Les insubmersibles australiens étaient déjà de la dernière édition des Nuits de Fourvière, en 2019. Revoici le géant vert Peter Garrett et les poilus qui l’accompagnent, le 14 juillet. Fête nationale oblige, ils joueront un premier set avant le feu d’artifice, et un deuxième après ! Soit 2h30 de Midnight Oil. Autant dire que les lits n’ont pas fini de brûler sur la colline.

Perso, on aurait préféré 1h30 de Queens of the Stone Age à 2h30 de Midnight Oil, même avec le feu d’artifice au milieu. Et tant qu’on est dans la peine, pensée pour Mark Lanegan, l’un des anciens chanteurs d’outre-tombe de QOTSA, décédé le 22 février.

Trop pépères les Nuits de Fourvière 2022 ? Que non pas. Elles recèlent suffisamment d’artistes rares, de créations, découvertes et propositions surprenantes pour susciter l’envie. « On aime se faire bousculer » résume le directeur Dominique Delorme. Voyons cela.

Nick Cave & the Bad Seeds

Nick Cave
/Photo Gosha RUBCHINSKIY

Les chanceux qui y étaient parlent encore avec des trémolos « du concert de Nick Cave en 2013 », peut-être le meilleur, en tous cas le plus bouleversant de l’histoire des Nuits de Fourvière. Bouleversant. C’est le mot juste s’agissant d’un artiste hanté, ses ballades belles à pleurer et son blues à l’os. Nick Cave jamais revenu des ténèbres, surtout depuis le décès de son fils. Pas joyeux, joyeux, mais immense.  Si vous n’en faites qu’un, choisissez celui-ci. Lundi 6 et mardi 7 juin, 21h30. 68€

The Smile

Deux tiers de Radiohead (Thom Yorke, Johnny Greenwood) et un batteur de jazz (Tom Skinner des Sons of Kemet) pour le trio le plus intrigant du festival. Né comme une récréation confinée, The Smile n’a pour l’instant sorti du chapeau que deux singles et une douzaine de morceau en livestream. Post-rock, rock prog mâtiné de pop, psychédélique et électro… Du peu que l’on a entendu, ça mérite. Les musiciens se sont pris au jeu et annoncent un album entier. La primeur aux Nuits de Fourvière ? Mercredi 8 juin, 21h00. 65€.

Patti Smith

Patti Smith
/Photo FERIAL

Mythe toujours, le retour de la grande prêtresse du punk, la squaw indomptable, la poétesse exaltée qui joue sa vie à chaque concert. Essentielle, éternelle. Sur Patti Smith, les ans n’ont pas de prise, sauf électrique. Jeudi 23 juin. 21h00. 54€.

Chilly Gonzales

Nuits de Fourvière 2022 Chilly Gonzales
/Photo ANKA

Adepte du contrepied systématique, rockeur fada ou rappeur dada, aussi pertinent en électro qu’en jazz ou en musique contemporaine. Sous ses airs fantasques et dilettantes, le Canadien Chilly Gonzales est l’un des compositeurs les plus géniaux de son temps, doublé d’un pianiste hors-pair et d’un showman ébouriffant. Il présentera un énième nouveau projet lundi 18 juillet, 21h15. 37€. + Sarah aMcCoy en première partie ! Y’a rien là ?

Star Feminine Band

Star Feminine Band
/Photo Juan TORAN

De (très) jeunes béninoises télescopent musiques traditionnelles et… rock garage ! On est curieux de voir ça. Sur le même plateau, métissage encore avec les Ghanéennes de Lipstick Queens et leur brûlot d’afro-beat, soul, funk et jazz. Peut-être la nuit la plus torride du festival. Odéon. Vendredi 1er juillet, 20h30. 24/18€.

Birds On A Wire

Derrière le clin d’œil à Léonard Cohen, officie le duo magique formé par la violoncelliste brésilienne Dom La Nena, et Rosemary Standley, la chanteuse multicarte, de Moriarty entre autres. Accompagnées par douze choristes de la Maîtrise de l’Opéra de Lyon, qui poussent de la voix les reprises inspirées des deux complices. Odéon. Mardi 5 juillet, 21h30. 27€. Création Nuits de Fourvière.

Andrew Bird et l’Orchestre National de Lyon

Nuits de Fourvière 2022 Andrew Bird

Autre création volatile, celle du merle moqueur de la pop pimpante et sifflante, Andrew Bird, multi-instrumentiste et homme-orchestre, ici sapé Milord et accompagné par un vrai orchestre. Et quel orchestre ! L’ONL dirigé par Jonas Ehrler. Mardi 12 juillet. 21h30. 36/19€.

Vincent Peirani & Fred Paula

Nuits de Fourvière 2022. Vincent Peirani Fred Paula
/Photo Stanislas AUGIRIS

La rencontre improbable entre un accordéoniste aux pieds nus et un ancien karateka devenu b-boy ! Les deux racontent l’histoire du hip-hop en un corps-à-sons passionné. La p’tite folie des Nuits. Théâtre de la Renaissance d’Oullins. Jeudi 7, vendredi 8 juillet. 20h00. 26/19/13€.

Brassens, le cadeau-surprise de Jean-Claude Vannier

Jean-Claude Vannier Georges Brassens
/Photo Pierre FOURNIER

Quitte à s’offrir un concert chanson, autant visiter un monument. Tous les gratteux savent que Georges Brassens ne fut jamais au grand jamais un gorille « ta-poum, ta-poum », que la simplicité apparente de ses mélodies dissimulait des accords et harmonies d’orfèvre. Jean-Claude Vannier, génie d’arrangeur alchimiste (Melody Nelson, c’est lui), recrée le disque-surprise qu’il avait offert à l’ami Georges pour ses cinquante ans en 1974. Soit vingt musiciens et du beau monde sur scène (Fanny Cottençon, Richard Bohringer, Serge Valetti), pour redécouvrir ces ritournelles éternelles et les plaisirs mutins de la chasse aux papillons… Odéon. Dimanche 10 juillet, 21h00. 27/20/14€.

Moderat

Envie de danser dans les ruines du Théâtre antique transformé en club underground !? De planer par-delà les nuages ? Alors courez au live de ces électrons libres de l’électro berlinoise. Gothique flamboyant, romantique robotique, le show s’annonce kolossal. Samedi 11 juin, 21h00. 40€

Les Nuits de Fourvière. Du 2 juin au 30 juillet. Programmation, billetterie, infos. https://www.nuitsdefourviere.com/

Dark Mazy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Revenir en haut de page